2 bestioles à Hawaï

XTERRA WORLD CHAMPIONSHIP
MAUI HAWAI / 25 Octobre 2013

Hawaï !! Aloha !!
 
Mercredi 20 Octobre 2013
Il est 21h, heure locale (pour nous il est 9h du matin) quand nous posons les pieds sur le sol Hawaien après 22h de trajet. Paris-San Francisco puis San Francisco-Honolulu et enfin Honolulu- Maui…
Nous sommes fatigués !! Nous découvrons avec stupéfaction que nos bagages et plus particulièrement les valises vélos ont été fracturées et ouvertes par les services de police ou de douane… Bien sûr, on s’en inquiète et l’on vérifie immédiatement le contenu de nos valises vélos. Heureusement pas de vols !!!
Une location de voiture et hop direction l’hôtel pour une nuit réparatrice…
 
Jeudi 21 Octobre 2013
La matinée est consacrée au montage des vélos puis direction sur le lieu de la course. Nous sommes environ à 20 mns et nous décidons ce premier jour de suivre la côte très sinueuse… Nous sommes sur la partie Nord Ouest de l’ile ou se trouvent les grands hôtels avec de superbes plages.. La végétation est luxuriante ; nous sommes aux USA avec des trottoirs pelouses et des bordures blanches ou rouges… Très chic !!!!!!
L’excitation monte et nous avons hâte de nous trouver sur le lieu de la course, de palper l’ambiance, de prendre nos dossards, bref de rentrer dedans..
Nous arrivons au « RITZ CARLTON » sur la plage de KAPALUA et là….Le ton est donné !!!
L’hôtel est luxueux. Encore une fois, nous sommes aux USA avec toute leur démesure. Le Ritz Carlton perché sur un vallon, domine un grand parc descendant vers la plage de sable fin. Nous sommes attirés par la couleur turquoise de l’eau. Le village et le parc vélos se situent dans ce vallon avec une pelouse digne des greens anglais. Les piscines s’avancent elles aussi vers la mer en la surplombant Quelques touristes se prélassent… Le dépaysement est total et il fait 30°!!!!! La chaleur est là mais pas vraiment lourde, juste super agréable.
Nous sommes très heureux et fiers d’être là et nous avançons avec tous nos sens en éveil. « WELCOME XTERRA » !!! Nous accédons aux salons réservés aux compétiteurs…
Comme d’habitude dans ces grands hôtels américains, des goûts bizarres pour des moquettes bien bariolées mais un service made in USA. En dehors de l’enregistrement des triathlètes, de nombreux stands : Treck, Specialized, Giant pour la mécanique, d’autres pour l’alimentation, les lunettes, les combinaisons, les vêtements, les souvenirs… Etc… Bref, un vrai business !!!!!!! Mais sans aucune pression, juste du savoir faire..
Cette fois, nous sommes dans la Mecque du triathlon nature.
 
XTERRA WORLD CHAMPIONSHIP MAUI !!! Et les athlètes sont à la hauteur de l’événement. Toutes les nations sont représentées et toutes les langues parlées. On est dedans et … on en fait partie !!! Il faut vivre intensément ces moments qui resteront à jamais gravés dans nos mémoires…
Nous faisons la connaissance de Catherine, une athlète de la région parisienne qui retrouve régulièrement Loic sur les courses de l’Ile de France. Elle est très sympa et nous conseille très gentiment. Elle a le niveau : qualification sur Ironman d’Hawai et pour la 3ème année consécutive, sur l’XTERRA !!!!!! Elle était aussi à Xonrupt en Juillet. Elle nous invite à faire une reconnaissance du parcours le lendemain.
Après avoir fait nos emplettes (souvenirs) et pris nos dossards, nous décidons, comme bien d’autres, d’aller sur la plage et de prendre contact avec le Pacifique. Nous n’avons pas le droit aux combinaisons utilisées dans nos régions plus froides et sommes un peu inquiets de nager en tri fonction. Les combinaisons extrêmement fines proposées par l’organisation coûtent 140$. Après réflexion, nous ne sommes pas sûrs de leur efficacité. De plus, ils n’avaient plus nos tailles. On fera donc sans !
Il y a des vagues et les bouées sont déjà installées. Elles nous paraissent loin…loin…Le parcours de la course sera le suivant : 500m vers le large puis retour, course à pied sur la plage puis de nouveau 250m vers le large avant le retour final.
Il est 15h et la température extérieure est top ! L’eau est à 27°… Oui 27° !!!!! Nous nageons tous les quatre env 600m avec un peu de clapot mais dans un bonheur absolu.. Elle est belle, chaude, turquoise et de plus nous sommes bien portés, ce qui nous rassure. Quelques jours plus tard, nous trouverons des plages plus protégées ou nous nagerons dans des eaux encore plus transparentes avec poissons et tortues…
 
Vendredi 22 Octobre 2013
Nous avons rdv en fin de matinée pour une reconnaissance du parcours VTT. L’objectif est de prendre la mesure de l’épreuve et d’anticiper le jour J les pièges du parcours…
Bien nous en prend, car ce circuit de 33 kms est dur, technique à certains égards, sablonneux, racineux, poussiéreux et surtout très usant et éprouvant. De notre avis à tous, plus dur que dans les Vosges, et même que l’an passé nous dira Catherine..
Grosse montée de 15 kms au sortir de la plage avec certains passages à pied, une vue à vous couper le souffle sur les crêtes, avant d’aborder une descente assez traite toujours en prise, puis une longue descente de 4/5 kms sur une piste piégeuse et poussiéreuse avant bien sûr de retrouver du relief bien pentu. Alors que nous nous attendons une fois remontés sur les crêtes, à une belle descente, il n’en est rien… Juste des zigs et des zags à monter et descendre dans les bois et les champs de canne à sucre.. Vraiment usant !! Nous en terminons après avoir eu très chaud et s’être arrêtés plusieurs fois pour s’alimenter. Les commentaires vont bon train..
Ce ne sera pas une partie de plaisir, car la chaleur à l’effort est très dure et surtout sans vent !!
Le circuit course à pied trail empruntera le même chemin que le VTT sur les 5 premiers kms avant de redescendre dans les bois et sur la plage..
Il est 14h et nous méritons de nous restaurer avant une belle baignade..
 
Samedi 23 octobre 2013
Une journée consacrée à la visite d’une partie de l’ile et à la baignade. Encore et encore !!!!!!!! Après la Pasta party et le Show à l’américaine, la fin de soirée sera consacrée à nos tatouages. Nous devons coller nos numéros de dossards sur les bras, notre numéro de tranche d’âge sur le mollet gauche (60 pour moi) et différents tatous XTERRA sur les épaules, joues, mollets, mains etc….. Un petit exercice sympa et rigolo..
 
Dimanche 24 Octobre 2013
Le départ de la course est à 9h du matin donc 20h heure française. Nous savons que nous serons suivis en France en direct au moins pour le départ..
Nous nous levons tôt et curieusement nous supportons assez bien le décalage horaire. Petit déjeuner avec pour chacun ses propres habitudes et préparation des sacs. Le parc de transition est ouvert très tôt.
On entre dans le parc ; les triathlètes sont classés par tranches d’âge. Nous sommes situés près des élites et tous les journalistes sont présents pour les filmer. Pas même un regard pour les vieux sixties !!
Je suis là pour mon plaisir et curieusement, je ne ressens pas de pression. A peine un petit zeste.
Nous ressortons du parc après avoir préparé nos affaires et descendons vers la plage … Quelques séances photos. Il faut immortaliser la magie de cet instant.
Le dépaysement est à la hauteur de l’épreuve ; des hommes et des femmes de toutes les nationalités, des échanges en anglais, la température de l’eau à 27°, l’hélicoptère qui se positionne au dessus de nos têtes, enfin, une prière Hawaïenne avant l’hymne Américain. Le départ est imminent.
Je me suis positionné à droite de la plage, car je veux nager à l’extérieur et ne pas être enfermé. Je retrouve la solitude d’avant départ. Même si le stress n’est pas là, le cœur s’emballe quand même… Pan !! Les élites s’élancent. Notre départ est prévu dans 2 minutes qui me paraissent interminables.
Pan !! C’est notre tour. Une rentrée dans l’eau agréable sans grosses vagues et une nage qui s’installe sans bousculades, comme je l’aime. Les plus costauds sont déjà vite devant et je suis dans une nage régulière… Il y a d’autres compétiteurs autour de moi, 2 groupes semblent s’être formés. Ceux qui sont partis au centre et les autres à droite de la plage… C’est un vrai bonheur de nager, et le plaisir d’être là est extrême même à l’effort.
Nous étions un peu inquiets de revenir courir sur la plage, mais finalement cela coupe un peu et puis il nous reste que 500m… Je vois Joëlle, ma femme, qui m’encourage avant de retourner dans l’eau pour en finir.
La natation passera très vite et j’ai l’impression d’avoir fait un bon temps. Au sortir de l’eau, je me retourne pour voir la situation, je suis rassuré..
Maintenant il faut courir 300m, monter le vallon pour aller chercher le vélo. Je remarque que dans ma tranche d’âge, un certain nombre de compétiteurs sont partis. Diable, ils sont bons ces mecs !!!!
A la sortie du parc de transition, j’enfourche mon VTT avec plaisir. Je sais ce qui m’attend et curieusement, cela m’apporte une certaine quiétude.. J’ai enregistré le parcours. Mon angoisse c’est plutôt la chute bête qui peut faire mal, ou encore la crevaison (même si je suis en tubeless !) et le problème mécanique.
Allez mon gars 15 bornes à monter. Nous sommes les uns derrière les autres mais sans trop se gêner. C’est la course aux bidons et fort heureusement, les ravitos sont assez présents. Sur certaines parties courtes, la pente est telle que nous devons descendre de vélos.. J’essaie d’aller toujours au plus loin et certains plus jeunes m’encouragent : « Good Job Sixty !! » Les cuisses brûlent et les bras sont cuits par la chaleur suffocante sans un souffle de vent..
Enfin le profil de la crête se dessine avec 2 vues admirables, l’une sur une vallée verte et boisée à flanc de montagne, l’autre tournée vers le Pacifique et ses eaux turquoises..
C’est juste magique mais je reste concentré car on attaque une descente tout en prise, je reste prudent, l’objectif étant de finir la course. Nous sommes à ce moment, sur une partie ou l’on peut se faire vite emporter ou chuter..
Soudain, une concurrente me double sur le haut d’une courbe. Gonflée la fille !! Immédiatement je regarde son mollet.. Une Sixtie comme moi, partie pourtant 2 mns après les hommes !! Elle est en prise de risques et je suis bluffé. Je reste à distance, je profite de ses trajectoires mais je suis gêné par la poussière. Elle descend vite, trop vite même, car elle fait un tout droit sans gravité sur un virage à 45°. Ma reconnaissance de l’avant-veille m’évite ce piège et je repasse devant. Pas pour longtemps, elle reviendra 10 minutes plus tard sur une bosse dure « tout à gauche » , me passera cm par cm pour me déposer à la régulière.. « Good Job sixtie » !!
La dernière partie avec les zigs et les zags est éprouvante. Nous sommes sur la fin de parcours, je n’ai plus à boire. Nous jouxtons le golf et sur notre chemin, de nombreuses petites balles perdues.. Le terrain est plein d’embûches, je chute dans un virage, piégé par une racine récalcitrante. Pas de mal…
Enfin, j’entends le speaker, le parc de transition est tout proche maintenant. Je suis à sec d’eau et de boissons..
Joelle est à l’entrée du parc. Dépose du VTT avant de descendre le vallon pour le remonter un peu plus loin. Heureusement il y a un ravito. Je m’y arrête et je bois, j’ai vraiment besoin de récupérer. Je suis bien entamé et il me reste 10 kms à courir !! Je sens que cela va être compliqué.. J’essaie pourtant de courir en remontant le vallon mais les jambes ne répondent pas.
Il fait très chaud, très lourd, je ne peux que marcher... Les ravitos sont assez proches, les bénévoles nous proposent des douches pour nous rafraichir. A ce niveau, nous sommes tous dans le même état. Marcher pour arriver au sommet de cette montée.. Je recours quand même sur quelques faux plats car je sens mes forces revenir. Enfin, je vois un panneau m’indiquant 3 Miles. Un rapide calcul me dit que je suis quasiment à la moitié. En effet, quelques hectomètres plus loin, la descente s’offre enfin à nous. La joie et la motivation me donne des ailes, je sais que maintenant la délivrance n’est pas loin.. Plaisir à la natation, plaisir au VTT, et un certain plaisir à la CAP (qui est toujours dure pour moi !).
A moi la finish line..
Depuis le début de la cap, j’ai enlevé les bretelles de ma tri fonction pour courir torse nu. J’essaie de les remettre sur la plage pour arriver proprement mais je ne les supporte plus.. Tant pis pour le look !!!
J’aperçois Joëlle qui me donne le drapeau français, puis Loïc qui m’encourage sur la dernière montée vers l’arrivée.. Je la fixe cette finish line ! Elle est juste là, à 100m puis 50m puis 20m… C’est fini ! Je suis heureux !! A peine la ligne franchie, nous sommes accueillis par de très jolies hawaïennes !!! L’une d’elle me remet le collier de fleurs fraîches, l’autre la médaille du « Survivor » .
Je m’avance comme les autres pour m’étendre sur la pelouse et je savoure… je suis seul avant l’arrivée de ma famille et je me surprends à regarder autour de moi… Oui le terme est juste, je savoure..
Loic puis ma femme me rejoignent, Olivier et Catherine aussi ; On s’embrasse, on se congratule, on est juste heureux.. . On a tous fini sans incident ni chute majeure, de la souffrance mais vite oubliée par le plaisir d’avoir pu participer à cette course mythique..
Olivier a fait une perf, il finira 6ème de sa catégorie à 4 mn du podium. Il peut avoir des ambitions pour l’an prochain !!
Catherine et Loic finissent ensemble 1h après Olivier.
Quant à moi, je fais etc.. à 2h d’Olivier.. Ils sont trop forts ces jeunots!!
 
C’était juste les Championnats du Monde de Maui.
Un voyage et une belle aventure amicale et familiale.
Merci à Catherine, une vraie compétitrice avec qui nous avons aussi partagé bières et hamburgers,
Merci à Olivier qui s’est parfaitement fondu dans notre cercle familial ; je suis sûr, malgré son humilité, qu’il sera à Maui l’an prochain,
Merci à mon fils Loic, de m’avoir amené sur l’XTerra, et qui a eu l’excellente idée de demander une wild-card pour concourir avec son vieux père.
Merci à ma femme Joëlle, missionnée comme photographe officielle du Team Best (métier d’un jour difficile) et organisatrice de voyage à temps partiel.
Enfin, Merci à vous tous pour nous avoir suivis et encouragés…

XTERRA 1ère étape

2012 la déception

XTERRA France , Xonrupt le 8 Juillet 2012 :
La frustration..
C’est une nouvelle fois mon fils Loic qui me propose l’an passé cette épreuve.. 2 raisons à cela, c’est un format CD mais en VTT, sport que je pratique avec plaisir depuis plus de 20 ans et, de plus, il y a des tickets par tranche d’âge pour le Championnat du Monde de Maui à Hawaï… Je suis tout jeune V5 et je me dis que la partie sera plus facile car forcément il y a aura moins de prétendants.. Cela reste un beau challenge et un bel espoir que je garde secret sauf pour quelques initiés..
Les distances sont donc de 1500m en natation dans le lac de Longemer, 2 boucles de 19,5kms soit 39 kms en VTT puis 2 boucles de 4,5kms soit 9kms en trail.
Nous arrivons la veille à Gérardmer pour prendre les dossards, s’imprégner de l’endroit, de l’environnement et de la hauteur du sujet que nous rencontrerons le lendemain.. Le temps est très moyen et il est prévu de la pluie demain.. Bah ! On en vu d’autres et maintenant nous sommes là pour la course!!
Le briefing a lieu avant la Pasta party et surprise, ils nous apprennent que cette année, ils mettront un temps de passage maxi fixé à 4h30’ après la natation et le VTT .. Hé !! Il ne faudra pas trainer mais la confiance est là et notre expérience de vététiste nous rassure !!
Bien sûr, par curiosité et par compétitivité, je vais voir le nombre de concurrents dans la catégorie V5 ; nous sommes 5 dont 1 américain, 3 français dont une femme et 1 néerlandais. Bon j’ai donc une chance sur 5.. On relève les numéros de dossards pour mieux les repérer le lendemain et direction l’hôtel pour une bonne nuit réparatrice après le voyage en voiture..
Nous sommes réveillés au petit matin par une pluie diluvienne. C’est terrible, il a plu toute la nuit et il pleuvra encore une partie de la matinée. Les sommets vosgiens sont dans les nuages gorgés d’eau. On a beau s’encourager, le moral en prend quand même un coup, surtout après avoir discuté avec les compétiteurs du découverte qui en finissaient avec 3 heures de course !!!!! Grosse galère et eux n’avaient bouclé qu’un seul tour … Ils nous encouragent mais on sent la souffrance.. Ce n’est pas fait pour nous rassurer et on sait que ce sera dur..Il va falloir être costaud….
 
Jour J 14h..
La pluie a enfin cessé mais le terrain sur le site est dans la gadoue.. Le soleil semble même se montrer et les quelques éclaircies nous réchauffent le cœur et le corps. J’ai le dossard 248, mon fils Loic 269 ; Nous ne sommes pas trop éloignés dans le parc à vélos. Je cherche les dossards des autres concurrents et je repère les vélos. Le néerlandais a un VTT tout orange, facile à retrouver dans un groupe. L’américain ne se présentera pas au départ.. Mes chances augmentent donc, nous ne sommes plus que 4 !!!
Je fais un tour dans le parc à vélos et je discute avec des Nantais et des gars de St Herblain. Il y a les stars pros, françaises et étrangères et aussi des membres de l’équipe de France. Qu’ils sont beaux !! Tenue blanche avec chaussettes hautes rouges et bleues, gants et casque bleu blanc rouge. Ils ont des Giant, non suspendus à l’arrière à cause du poids, aux couleurs de l’équipe de France.. Même leurs poignées sont bleu blanc et rouge. So chic !!!!! Les journalistes et les télés sont autour de ces jeunes plein de talent et plein de jus..
On enfile la combine et les arbitres nous autorisent à nous mouiller avant le départ.. Il faudra nager 100m pour aller sur la plage de départ. Je rentre dans l’eau avant Loic et les sensations sont super bonnes. Pas de vagues comme à St Jean de Monts, pas d’algues comme à Sireuil, juste une eau claire et bonne.. Je ressors de l’eau pour un départ imminent et là une envie de pissette !! Ah ces pissettes !! Impossible de tenir il faut se déshabiller. Heureusement ce sera rapide, un peu de difficulté à remettre la combinaison mouillée, mais tout va bien, je suis bien situé pour le départ ou la plage est assez étroite.
 

Pan !! C’est le départ !! Je me faufile assez bien sans trop de bousculade, nous étions 750 inscrits, 670 au départ de la natation. Très vite je m’extirpe et je visualise bien la 1ère bouée, je la passe sans bousculade tout comme la 2ème.. Je me sens bien ; c’est aussi plus facile de se concentrer sur une eau plate. J’en termine avec un temps très honorable pour moi 30’30’’.. Une transition correcte, je vois que je suis bien dans le coup pour la prise de mon VTT et ça me motive.
Après un single plat de 300m, on attaque les bosses. D’abord par un bout de route sur 1.5km avec de nombreux supporters puis virage à gauche sur les chemins caillouteux et boueux !!!!! Déjà de nombreux vététistes ont mis pied à terre. Moi je veux rester sur mon vélo et j’y parviens. Je monte tout doucement et c’est bon pour le moral. L’illusion sera de courte durée car ça bouchonne et je ne peux continuer. Dès que je peux je remonte sur mon vélo, je suis frais et je me sens bien, j’arrive à bien gérer la boue mais parfois les pentes sont trop dures. Il faut pousser le vélo et prendre appui sur les jambes. On ripe, on glisse, on tombe ou les gars nous tombent dessus, c’est galère ! Dès que la pente est plus acceptable je remonte sur le vélo et j’avance.. Les chemins sont superbes et pas dangereux.
Les montées sont longues à travers ces sapins qui me paraissent géants et si majestueux. Le soleil est de plus en plus présent et il réchauffe nos muscles endoloris. C’est bon et on se parle avec les gars. Comme dit l’un d’entre eux : « putain, ce n’est pas un parcours de fiotes !!! » J’en double qui sont arrêtés avec des problèmes mécaniques ou crevaisons. Je les plains et j’espère qu’il ne m’arrivera rien.. A force de monter, on fini par arriver sur les crêtes. Le spectacle est époustouflant. On domine la vallée, les chemins sont plus faciles, moins gras et le soleil est de la partie. Le vent souffle un peu mais ce n’est pas désagréable, on est toujours dans l’effort. Le 1ER ravito se dessine après une côte encore montée à pied avec du portage de vélo. Les spectateurs nous encouragent. « Allez St Nazaire !! ». Je m’arrête au ravito pour un coup de jet d’eau sur mon dérailleur. La boue colle..
Il nous reste encore une bosse avant d’entamer la descente.. Enfin, elle est là !! Les chemins sont superbes et on descend rapidement, c’est du pur bonheur.. Ouaouh !! Mais à l’amorce d’un virage, une racine mal négociée et c’est la chute, heureusement sans gravité, mais ma poignée de frein arrière est cassée.. Donc plus de frein arrière sur le 2ème tour.. On fera sans !!
Après cette descente bien roulante et rapide, je boucle enfin mon 1er tour et ce que je supposais devient réalité. Je ne vais pas rentrer dans les temps ; je suis à 2h04’ et je suppose que le 2ème tour sera moins rapide.. Nous sommes encore très nombreux à entamer la 2ème boucle et tous conscients que ce sera dur de rentrer dans les clous..
Le 2ème tour sera bouclé en 2h14’ et avec les autres coureurs qui m’accompagnent, nous espérons qu’ils vont rallonger le temps de passage. Je suis le 1er de mon groupe à arriver au parc vélo et là :
Oh désespoir !!! L’arbitre et l’organisateur nous arrêtent ; nous sommes hors délai pour 5’. Ils ont en effet prolongé mais d’un quart d’heure seulement !!! Nous serons + de 120 concurrents à être éliminés pour ne pas rentrer dans le délai imparti !!! Dur dur !!!! C’est d’autant plus dur que le 1er concurrent (un anglais) finira avec 20’ de plus que l’an passé.. Je rentre dépité dans le parc à vélos et je retrouve mon fils qui vient d’en finir. Il me récupère bien triste les bras ballants.. Il m’encourage mais c’est fini !! Bien fini !! La déception est vraiment là de ne pouvoir finir la course..
Bien sûr, pour moi Hawaï s’envole avec cet arrêt net mais je n’ai pas de regret à avoir.. Le vainqueur dans ma catégorie est le néerlandais qui me prends 3’ à la natation mais surtout qui fait un excellent vtt. Il a 61 ans et se qualifie donc pour Hawaï.. Un grand bravo à ce compétiteur car il finit en 5H13’!!! Loïc finit 299ème en 4h59’. Des déclassés je finis 2ème de ma catégorie.
J’ai vu, je n’ai pas vaincu. Réinscription prévue pour l’an prochain avec une préparation plus appropriée, et de nouveau le challenge pour Hawaï !! Il faut y croire !!!!!
C’est une très belle course même si je n’ai pas fait le trail qui selon Loic était aussi très dur. Non vététistes s’abstenir mais j’invite les bestioles passionnées de vtt ou par ce genre d’épreuves à me rejoindre pour l’an prochain. Ce serait sympa d’avoir une préparation collégiale..
A vos inscriptions !!!!!!
triathlon en mer triathlon loire atlantique pays de la loire FFTRI triathlon durable triathlon label féminin triathlon saint nazaire triathlon sprint triathlon découverte triathlon la baule natation velo vtt course a pied course 44 duathlon animation st nazaire triathlete animation running pas trail course à pied  pas marathon de nantes combinaison evenement sportif enchainements